Mise en scène Magali Léris, avec les élèves-comédiens de la Séquence 8

Représentations au Théâtre de l’Union Centre Dramatique National du Limousin

> 12 mai 2015 à 14h15 & 20h30

> 13 mai 2015 à 20h30 + vernissage de l’exposition à 18h

Représentations au Festival des écoles du Théâtre public (La Cartoucherie de Vincennes – Paris)

> du 18 au 20 juin 2015  à 21h et dimanche 21 juin à 17h au Théâtre de la Tempête

DSC_0006DSC_0012

Assistante à la mise en scène Marie-Anne Denis, chef de choeur Tatiana Pykhonina, lumière Claire Debar (CDN Théâtre de l’Union), son Nourel Boucherk (CDN Théâtre de l’Union), costumes Esther Pillot (CDN Théâtre de l’Union), scénographie conçue par Cécile Bertani Lucie Gady-Didelot, Mylène Garcin, Tristan Gros, Héloïse Touraille (élèves de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges), réalisation décor Alain Pinochet (CDN Théâtre de l’Union)

 

lorine LN carolePF et MarieLe rêve de Magali Léris est de mettre en scène de larges extraits d’Œdipe, Antigone, Électre et que l’acteur soit au centre du plateau.

Sophocle raconte des histoires de familles mythiques où les relations humaines côtoient le monde des idées. La réflexion politique et métaphysique lutte avec les sentiments. La langue est vivante, faite de beaucoup de joutes oratoires. C’est un théâtre très physique, on y transpire.

Sophocle, c’est le dramaturge de la pensée en mouvement.

Les seize étudiants de l’Académie pourront prendre à bras le corps ces personnages immenses, les Clytemnestre, Oreste, Antigone, Électre, Œdipe… Ils vont les approcher, les faire vivre, les incarner.

DSC_0028

IMG_0235Collaboration avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges (ENSA)

http://ensa-limoges.fr/partenariat-academie-theatrale/

La collaboration avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges (ENSA) : un groupe d’étudiants de 3ème et 4ème année d’études a travaillé sur la conception et la réalisation du décor en écho aux axes de réflexion émis par Magali Léris. Ils ont été encadrés par un groupe d’enseignants de l’ENSA ainsi que par Alain Pinochet, chef constructeur au Théâtre de l’Union. Les étudiants ont également soumis des idées de costumes, accessoires, vidéos … mais aussi affiches et carton d’invitation. Leur travail fait l’objet d’une exposition dans la galerie du Théâtre de l’Union.

 

IMG_0232IMG_4405photo 2

 

> Impressions suite à la 1ère étape de travail du 18 au 22 novembre 2014

Une première semaine de travail autour de Sophocle avec les jeunes artistes de l’Académie.

Je découvre le groupe 8.

Surprise : ils sonnent la cloche pour dire à tous les étages que le travail démarre ou reprend ; je me sens dans un roman de Balzac, la nature autour de l’école l’atteste, ici on est plongé dans un autre temps … Cet autre temps, cette façon de vivre en « vase clos » dans la nature, leur a sans doute permis de construire quelque chose, un rapport entre eux, une façon de fonctionner, de travailler…? Je suis curieuse de savoir…

Et je découvre tous les jours :

Le groupe est bien construit, autonome, il se gère très bien.

Ils sont bosseurs, bosseurs, bosseurs.

Ils ont envie, ils sont motivés, ils ont soif de leur art.

Ils se révèlent généreux au plateau et généreux entre eux.

Et puis du groupe se dégagent des identités. Peu à peu je « vois » chaque acteur, chaque actrice devenir un des grands personnages qu’il ou elle aborde.

Ils travaillent vite, bien, sans douleur.

Ils sont disponibles, curieux, motivés, et doués, tellement doués, sans frein, avec un appétit de dire les mots de Sophocle qui m’émeut déjà tellement !

Ils sont vrais, sans tricherie, ils ne s’économisent pas. Ils y vont ! Ils mouillent leur chemise ! comme on dit dans notre jargon ;

Ils parlent, posent des questions, discutent, réfléchissent, hésitent, avancent, reculent, se fatiguent, cherchent…inlassablement.

Après une semaine de travail avec eux : ils sont pour moi aujourd’hui 8 acteurs et 8 actrices, bien individuels, bien singuliers.

Ils m’enthousiasment : je les regarde traverser les 3 pièces de Sophocle avec le culot et le talent de la jeunesse, l’insolente facilité de la jeunesse, la passionnante complexité de leur jeunesse.

Je sais déjà qu’ils vont être for-mi-da-bles.

Et puis il a fait beau toute la semaine !

Magali Léris